HÔTEL

Histoire

Une histoire de famille

depuis 1845

Une histoire de famille

depuis 1845

L'hôtel du Cirque et de la Cascade est avant tout une histoire de famille qui débute en 1845 avec l’achat de la parcelle de terrain sur lequel il se situe et perdure encore aujourd’hui.  

Ce sont 7 générations d’hommes et de femmes de la même famille qui se sont succédées à la tête de l’établissement.

Henri Lacoste

Henri Lacoste

Tout commence l'été 1844, lorsque le duc de Montpensier, fils du roi Louis-Philippe, décide de faire escale dans les Pyrénées alors qu'il revient, victorieux, de la première campagne d'Algérie.  

Il loge à l'hôtel de la grotte à Gèdre, propriété d’Henri Lacoste, Guide de haute montagne, qui lui fait découvrir le cirque et ses sommets.  

La légende familiale veut que le duc, fasciné par tant de beauté et par les qualités de guide de Henry, décide de lui offrir un cadeau en remerciement.  

Du haut des Astazous, Henri lui montre un bout de terrain à l'entrée du cirque sur lequel il souhaiterait ouvrir une laiterie afin de restaurer et d’abriter les premiers touristes qui découvrent les Pyrénées, très en vogue à l'époque.  

Avec l'appui du Duc, rentré à Paris, Henri fait donc l'acquisition de cette parcelle de terrain le 18 janvier 1845 .  

Il y construit une première auberge qu'il transmettra à son fils, Pierre.

Pierre Lacoste

Pierre Lacoste

Toujours à Gèdre pour tenir l’hôtel de la Grotte, Pierre continue de gérer l’auberge du Cirque afin de répondre à une clientèle de plus en plus importante avide de découvrir les montagnes pyrénéennes, rendues célèbres par de nombreuses personnalités comme Gustave Flaubert et Victor Hugo.  

Ils vivront les débuts du pyrénéisme.

Pierre Lacoste n'aura qu'une seule fille, Marie Lacoste, destinée à hériter des biens familiaux.

Marie Lacoste et Benjamin Vergez-Bellou

Marie Lacoste et Benjamin Vergez-Bellou

L'histoire de la famille bascule à cette époque-là, lorsque Marie décide d'épouser le petit dernier de la grande famille d hôtelier de Gavarnie, Benjamin Vergez-Bellou, de 20 ans son aîné.  

Issu d'une famille de bâtisseurs (hôtel des voyageurs, restaurant du point de vue et hôtel du Vignemale à Gavarnie), Benjamin voit les choses en grand.  

Marie et lui entreprennent la construction de l'hôtel du cirque et de la cascade, collé à l'auberge, qu'ils destinent à accueillir les hôtes illustres, issus de la haute bourgeoisie du début du 20e siècle.

Après 3 années de travaux que l'on imagine titanesques, l'hôtel ouvre ses portes en 1900 avec 12 chambres haut de gamme et une table gastronomique.

Ce qui n'était qu'une simple petite auberge se transforme alors en une hôtellerie de luxe accueillant la haute bourgeoisie de l'époque. Il faut imaginer les clients montant à dos de cheval depuis le village et le personnel les suivant avec les bagages portés par les mules.

Pierre Vergez-Bellou

Pierre Vergez-Bellou

Aîné de sa fratrie et à peine âgé de 20 ans, Pierre reprend la suite en 1920 pour les 50 années qui suivront.  

C’est la période mythique du lieu.  

Excellent montagnard, il ouvrira des voies d’escalade dont la légendaire « Vergez-Castagné », accompagné des plus grands guides pyrénéens de l’époque. Ces derniers occuperont la mythique « salle des guides » située près de la cuisine et dans laquelle ils laisseront les stigmates de leurs passages.

En 1954, c’est au tour de son ami peintre, Amalvy, de laisser son empreinte en peignant de somptueux tableaux et portraits toujours visibles de nos jours.

Ne laissant aucun héritier, c’est tout naturellement que Pierre transmet le flambeau à son plus jeune frère, Jean Vergez.

Jean Vergez

Jean Vergez

En 1970, Jean est déjà en fin de carrière de représentant en vins et habite dans le Gard. Il viendra s’installer dans les Pyrénées afin de faire perdurer la tradition familiale.  

Il décide de fermer les chambres d’hôtel et de se consacrer à la brasserie qu’il tiendra une dizaine d’années avant de la transmettre à son fils ainé, Pierre.

Pierre Vergez

Pierre Vergez

Pierre devient propriétaire de l’établissement en 1985 tout en gérant sa carrière de professeur de cuisine à Bordeaux. Avec sa femme, Hélène, ils font évoluer le restaurant en le transformant en self-service, très à la mode dans les années 80.

C’est encore une fois l’aîné de ses trois fils qui lui succède en 2012.

Olivier Vergez

Olivier Vergez

Lorsque Olivier reprend les rênes de l’hotel du Cirque, il commence par rétablir le service à l’assiette et se lance, avec le soutien de sa femme, dans l’ambitieux projet de rénovation du bâtiment. L’idée leur vient, tout naturellement, de repartir sur les traces de leurs ancêtres en rendant ses lettres de noblesses à ce lieu emblématique.

Il aura fallu 4 ans de travail acharné afin de réaliser 8 chambres d’hôtel en cours de classement 4 étoiles et une rénovation totale des bâtiments.

Caroline  et Olivier ont choisi de nommer les 8 chambres d’après tous leurs aïeux ayant tenu l’établissement, avec une pensée pour le Duc de Montpensier sans qui la famille Vergez-Lacoste n’aurait certainement pas connu le même destin….